Comme à Monte-Carlo et à Barcelone, Rafael Nadal était en lice à Rome pour remporter son quatrième titre consécutif. Mais l'espoir a tourné court. Le numéro 2 mondial a été sorti dès son entrée dans le tournoi par son compatriote Juan Carlos Ferrero, vainqueur en deux manches (7-5, 6-1) et 1h54' de jeu. Diminué par des entailles au pied - il se fit soigner en milieu de deuxième set -, le Majorquin (photo L'Équipe) a cédé physiquement face à Ferrero, qu'il avait dominé (6-4, 6-1) en huitièmes de finale lors du dernier tournoi de Monte-Carlo. «Je ne me sentais pas bien sur le court, a reconnu Nadal. Je ne pouvais pas transmettre de force à mes jambes donc j'ai souvent cherché à abréger l'échange pour m'économiser.» Invaincu jusqu'ici sur la terre battue romaine, Nadal restait sur 17 victoires consécutives dans la capitale italienne et n'avait plus été éliminé au deuxième tour d'un tournoi depuis Stuttgart en 2003, où il avait été battu par Fernando Gonzalez. Il s'agit également de sa première défaite sur terre battue depuis la finale de Hambourg l'an dernier, lors de laquelle il avait été battu par le n°1 mondial Roger Federer (2-6, 6-2, 6-0). Hormis cette défaite, Nadal avait aligné jusqu'à mercredi l'impressionnante série de 103 victoires en 104 matches sur sa surface de prédilection. «Le calendrier ATP est impossible, a-t-il regretté. La semaine dernière à Barcelone, j'avais dit qu'il me serait impossible de jouer quatre semaines de suite. Je vais désormais essayer de me reposer puis de me rendre à Hambourg en pleine forme.»