Ce concert de Depeche Mode restera à jamais gravé dans ma mémoire tant ces deux heures de concert furent magiques. Revenons dans un premier temps sur le déroulement de la soirée.

Les avis des uns et des autres divergent sur la prestation de The Bravery en première partie. La qualité musicale de ce groupe US, tant vocale qu'instrumentale a rapidement saturé les oreilles d'une partie du public, et les miennes en particulier. Qu'importe. Trente minutes de tubes des années 80, puis trente autres minutes de préparation de la scène furent nécessaires avant d'entrer dans le vif du sujet, et quel sujet !

Dave Gahan introduit le concert sur A pain that I'm used to puis enchaîne les morceaux, alternant anciens et récents, dans un Bercy comble d'environ 17000 personnes. Tout Bercy est debout, la fosse évidemment, mais également les gradins dont les structures oscillent avec l'entropie, pour acclamer le groupe et chanter les classiques. L'intensité monte d'un cran lorsque Martin Gore s'accapare magistralement Macro. Le paroxysme est atteint sur les coups de 23h quand le groupe interprète les titres Personal Jesus et Enjoy the Silence. Puis sur les coups de 23h30, le concert se conclut sur deux fantastiques duos de Martin Gore et Dave Gahan, Never let me down again et enfin... Goodbye Lovers.

L'éclairage de Bercy renaît, le concert est terminé, les souvenirs resteront. Merci.